- Tresmeur HD
- Plestin HD
- Trestel HD
- Goaz-trez HD
- Ile-Grande HD

 

- Beg-Leguer HD

- Tregastel CNT HD

- Keriec HD

- Rosaires HD

 

- Goaz-trez
- Ile-grande
- Tregastel

- Rosaires
- Caroual

- Hillion

adhesion2017
  • Rejoignez la communaute WindsurfBreizh22 Rejoignez la communaute Windsurf Breizh22
    Et restez en contact !
  • Postez vos photos de sessions Postez vos photos de sessions
    Directement dans l'album photos!
  • Les infos en directes des spots Les infos en directes des spots
    Grace aux Anemos et Webcams de l'Asso.
  • Vos annonces Vos annonces
    sur le site pour vendre au plus vite.
  • Organisation chaque anne Organisation chaque annee
    - Une LD et une epreuve de vague!
  • Postez vos photos de sessions Postez vos photos de sessions
    Directement dans l'album photos!
Test : Tests NOTIK et Secrets de Windsurf avec ERIC DOUX
Publié par thelaurent le 12/10/2014 19:30:00 (4542 lectures) Articles du même auteur

Un compte rendu de la journée du 4 octobre consacrée à un clinc "Secrets de Windsurf" animé par Eric Doux (Planchemag), suivi d'un test du matos 2014 avec la Boutik NOTIK et Patrice Mercerau.

Mille merci à Eric et Patrice pour leur temps, leur compétence, leur gentillesse !



Soleil et 20 nœuds…

Beaucoup de monde ce samedi 4 octobre après midi sous un beau soleil et 20 nœuds de vent pour la clinic « secrets de windsurf » d’Eric Doux (Planche Mag) combinée avec les tests matos 2014/2015 organisés par NOTIK (Patrice Mercereau).

 

Pourtant, quand Patrice de NOTIK et Eric Doux arrivent en fin de matinée, c’est sous la pluie avec un ciel bien couvert, et un vent irrégulier… Jean-Pierre le président de l’asso Windsurfbreizh22 a bien fait les choses avec un vaste barnum pour gréer les voiles 2014/2015, préparer les flotteurs, et permettre à Eric Doux d’installer son atelier « Secret de Windsurf » : quelques objets pour bien comprendre le fonctionnement voile/flotteur et un écran vidéo pour la projection de schémas, photos, vidéos d’explication…

 

NOTIK a apporté cette année relativement peu de modèles de voiles et de flotteurs : le magasin est effet en plein inventaire et va très vite refaire son stock. NOTIK est repris par un grand groupe dans le milieu de la glisse, une excellente nouvelle qui va permettre au shop de continuer sa croissance et de devenir une grosse boutik  ! Une évolution vers plus de matos et plus de stock ! Cerise sur le gâteau, Patrice sera maintenant accompagné de Damien Le Guen qui arrête la PWA. Le matos dispo en test (noter que Neil Pryde manquait à l’appel cette année pendant l’inventaire) :

-       Voile Ka Sails Koncept 7.5

-       Voile Ka Sails Race 7.1

-       Voile Xo-Sails Gold  Line 7.8

-       Voile Challenger Sails Aero+ 7.9

-       Voile Xo Sails Quad 6.6

-       Flotteur Exocet S3 110LL, 235cm / 67cm) – Aileron Exocet G10 40cm

-       Flotteur Exocet RS4 (111L, 235cm / 69cm) – Aileron S1 43

-       Flotteur Exocet RS5.5 (126L, 233cm / 79cm) – Aileron S1 45

-       Flotteur JP Australia Magic Ride 118 (118L, 239cm / 76 cm) – Aileron ??

-       Flotteur JP Autralia ???

 

L’après midi s’est déroulé en deux temps : 13H15 – 15H30 Clinic d’Eric Doux, suivi des tests matos et applications pratiques à partir de 15H30, jusqu’à 19H00… pour finir par un apéro offert par l’association Windsurfbreizh22 et préparé par Catherine et JP !

 

 

Le clinic « Secrets de Windsurf »

Le clinic d’Eric Doux à commencé vers 13H15 et s’est achevé vers 15H30 pour permettre à chacun d’expérimenter sur l’eau les réglages proposés par Eric et de tester le matos 2014/2015 de NOTIK. Le clinic d’Eric est BLUFFANT, à recommander à toutes les associations et écoles de voiles. Il est impossible de résumer ici la masse d’informations données par Eric, mais en voici quelques points clés :

 

Coupe d’une voile, en particulier son creux et l’adéquation du mat

  • Les matériaux d’une voile : nous avons commencé par analyser les différents types de matériaux qui constituent une voile et leurs caractéristiques (monofilms, pentex, sandwichs, tramés ou non…). Les choix de ces matériaux dépendent de leur fonction  dans la voile, selon les zones : un mast panel devra résister à une forte traction verticale entre la têtière et le pied de mat, un haut de voile (où se situe l’hélice, l’ouverture de la voile), est moins contraint et surtout faseye : il faut donc qu’il ne se déchire dans le vent et on va avoir tendance à choisir des matériaux plus souples et tramés. Eric a également décrit les caractéristique des fourreaux de voile, en particulier l’effet de « poutre : plus un fourreau est large, plus le corps de la voile sera stabilisé et rigidifié par les deux « piliers » que constituent les coutures de part et d’autre du fourreau, qui sont sous tension entre le pied de mat et la têtière. A l’inverser, plus il est étroit, plus le corps de la voile sera libre en s’éloignant du fourreau.

4 octobre photo 1 

  • Les pinces et le creux : ce sont les pinces qui donnent la dimension 3D à une voile. Ces pinces sont localisées sous les fourreaux de lattes et consistent à accoler le bord courbe du haut d’un panneau au bord droit du bas du panneau supérieur. On retrouve ces pinces sur le bas/mileu de voile. Eric nous a fait réaliser quelques travaux pratiques pour créer et positionner le creux du bas/milieu de voile en réalisant une petite voile en papier et en 3D ! Top !

 4 octobre photo 2

 

  • Les lattes et le creux : Eric a parlé réglage de lattes… Pour commencer, Eric nous a fait prendre conscience de l’importance en plage basse et médium de bien tendre les 3 lattes du bas pour former et bien bloquer le profil. Les lattes 1 à 3 se trouvent sous le fameux point de transition de la voile (voir plus loin le chapitre sur le mat), la zone de la voile où il est important de disposer de creux. Au dessus de ce point de transition, la voile ouvre et devient « plate ». Bien tendre ces lattes 1 à 3 signifie les étarquer jusqu’à ce que se creusent des rigoles dans le monofilm le long des goussets de lattes (visibles sur l’extrados !) : à partir de ce stade il suffit de relâcher un peu la tension pour faire disparaître les rigoles de l’extrados. Corolaire : si on fait le choix de mettre de tendre fortement les lattes du bas, il est important de relâcher cette tension (deux trois tours de clef) après chaque navigation, pour ne pas déformer le tissu à long terme, et mieux pouvoir rouler sa voile. Cette précaution est inutile sur les cambers Pryde où les extrémités des fourreaux sont ouverts. En plage haute ou sur un plan d’eau dur, certains coureurs au top niveau relâchent un peu cette tension sur les lattes du bas pour diminuer un peu le creux et gagner en souplesse. Pour les lattes du haut (au dessus du point de transition) : peu voire pas de tension !

 

  • Le mat : Eric dégrée une voile et courbe le mat à la même tension mais en dehors du fourreau, en utilisant un bout tendu entre le pied de mat et la têtière. Il pose alors ce mat sous tension au dessus de la voile et le fait longer le fourreau. On constate que sur sa partie basse, le tissu sur le fourreau déborde au delà du mat : le fourreau ne sera pas mis en tension par le mat en bas de voile, et c’est cet excédent de tissu qui permettra de créer du creux dans le corps de la voile. Aux environs des 2/3 de hauteur de la voile, on voit que le mat va « au delà du fourreau », et qu’une fois enfilée dans le fourreau, la voile sera sous tension dans sa partie haute. Au dessus d’un certain point de transition, la voile ne peut donc plus avoir de creux lié au mat, c’est à partir de ce point qu’elle pourra ouvrir et former « l’hélice » qui permet au vent de s’échapper. Dans le bas (coprs de la voile), c’est l’inverse, le tissu en excédent va permettre de créer du creux, et les cambers vont permettre de stabiliser le creux. Au global donc, le creux est apporté  par les pinces, par les lattes courbées et par l’excédent de tissus laissé par le mat en bas/milieu de voile. Sur les voiles sans cambers, c’est l’approche type RAF inventée par Neil Pryde qui permet au tissus en excédent de s'enrouler autour du mât, puis de se gonfler avec le vent et de donner du creux à la voile.

4 octobre photo 3 

Le Centre de Poussée (CP)

 Eric démontre par l’exemple et des expériences multiples (voile sur skate, expériences à 2 sur la plage…) où se situe le Centre de Poussée d’une voile. Surprise : il est vraiment haut ce centre de poussée, bien au dessus du wishbone ! On voit bien alors que le wishbone joue en fait le rôle d’un pivot entre le centre de poussée et le pied de mat. Le vent tend à coucher la voile sous le vent, en la poussant par le haut, tandis que le pied de mat a tendance à venir dans les jambes du planchiste, à son vent (et non sous son vent). Plus le wishbone est haut, plus on se rapproche du centre de poussée. On atténue alors la poussée du pied de mat au vent du planchiste, et on allège la pression sur le flotteur. Il faudra moins pousser sur le pied avant : un wishbone monté, c’est donc un pied avant qui aura aussi tendance à sortir plus facilement du strap. Conclusion : montez vos wishbone jusqu’à ce que le flotteur « vole » (pas trop quand même, faut garder le contrôle), et pourvu que votre pied avant reste dans le strap. Eric a d’ailleurs à cette occasion rappelé l’importance de posséder des bouts réglables pour jouer avec les réglages de hauteur de wish.

4 octobre photo 4 

Le réglage du pied de mat

 Eric nous parle de deux effets importants de la position du pied de mat.

  • Premier effet : l’influence de la position du pied de mat sur l’assiette de la planche. la position du pied de mat va venir pousser  sur la carène de la planche différemment selon la courbe du rocker. Si la zone de plat du flotteur s’étend assez loin sous le rail de pied de mat, la position de ce pied de mat jouera peu sur l’assiette longitudinale du flotteur. En revanche, si le plat s’arrête tôt et que le sous le  rail de pied de mat le rocker est prononcé, la position du pied de mat va beaucoup influencer l’appui longitudinal du flotteur sur l’eau, en particulier dans les phases de départ au planning. Trop avancé avec un rocker prononcé, le pied de mat va avoir tendance à enfoncer la planche dans l’eau : le départ au planning sera plus difficile et la planche aura potentiellement tendance à « pousser de l’eau »… il peut donc être intéressant avant de jouer sur le réglage du pied de mat d’observer la zone de plat et de regarder au delà de quel point un pied de mat trop avancé va faire « pousser de l’eau » à la planche.
  • Le deuxième effet de la position du pied de mat est l’influence sur l’équilibre avant/arrière des pressions : il convient de jouer dans la « zone de plat » sous le rail pour trouver voile par voile et en fonction des conditions le bon équilibre : une pression bien répartie entre le pied avant et le pied arrière, avec une équation à trouver entre 3 pressions :
    • Le pied avant compense la poussée du pied de mat vers le vent,
    • le pied arrière compense la pression de l’aileron,
    • Les deux pieds compensent le centre de poussée vélique…

 

D’autres points auraient mérité des heures de développements  : réglage de la tension au pied de mat, réglages des straps sur une board, choix des ailerons, single/multifins, formes des wishs… mais le temps manquait !

 

Après près de 2H00 de topos, Eric a proposé que nous partions à l’eau pour quelques tests de réglages et de matos 2014/2015 proposés par NOTIK : le soleil était bien là et le vent soufflait entre 20 et 25 nœuds…

 

 

Les tests de matos NOTIK : feedbacks

WARNING : on ne remonte ici que des remontées brutes, c’est du feeling direct après des tests sur seulement quelques bords, sans match tests, sans GPS. Le matos est réglé de façon « générique ». 

WARNING BIS = Le mot d’Eric Doux sur les feedbaks à chaud : Il faut bien voir qu’il est possible de passer totalement "à côté" d'une voile ou d'une planche à cause d'un mauvais réglage et que c'est avant tout la "différence" par rapport à son propre matos qui est exprimée par un testeur occasionnel. Il faut souvent deux ou trois sorties dans des conditions différentes avant de pouvoir émettre un avis pertinent et seuls les tests comparant plusieurs produits dans une même catégorie permettent de jauger les performances. De plus, les avis sont souvent extrêmement divergents selon le poids des riders. Un lourd peut trouver un gréement souple alors que c'est un pieu pour un léger. Bref prudence avant de lâcher des avis très "définitifs" et qui seront pris pour argent comptant par les lecteurs, six années de test avec PM m'ont vraiment vacciné là dessus ! 

 

Conditions du test : Soleil, vent de N-O en moyenne de 20 nœuds, oscillant de 16 à 23-25 nœuds environ selon périodes et endroits sur le plan d’eau. Plan d’eau haché en début d’après midi, avec clapot jusqu’à 80 cm en sortie de baie et au large, puis devenant plus glissant en soirée avec un vent mollissant à 16-18 nœuds. 

 

Ka Sails Race 7,1

-       JLA (64 kg) : « je n’ai testé la Ka Sails Race 7.1 que sur 4 bords. Donc très difficile de juger d'autant que j'étais avec mon matos en 6m, donc manque de comparaison. En terme de feeling je n'ai pas aimé : gréement très lourd pour une 7m et trop de souplesse dans la voile. Pour une 6m dans le baston c'est ce que je rechercherais (la lourdeur en moins) mais pas pour une 7m : pas assez directe / nerveuse. La tenue dans les rafales m'a paru bonne mais le vent tombait.?Au bout de 4 bords j'étais cuit et n'avais pas envie de garder la voile ! »

-       Laurent (80 kg) : « testée sur l’Exo S3, dans un vent de 20 à 25 noeuds. J’ai trouvé la voile légère, simple à placer dans le vent, immédiate. Le creux est moins prononcé et plus reculé que sur mes CS Aero+ 2013. La voile fonctionne bien dans les flux établis, elle dégage beaucoup de souplesse et est très confortable. Elle réagit bien au pomping, ça part vite. Plus le vent forci, plus le plan d’eau est défoncé, et plus on l’apprécie. Elle reste toujours équilibrée. J’ai l’impression que dans les trous d’airs, elle maintient moins bien le planning qu’une CS Aero+, comme si les filets d’airs pouvaient se décrocher plus facilement. C’est une voile assez fine, je pense qu’elle est rapide et que son cap est très bon (mais c’est difficile à dire sans GPS ou match test). Le passage des cambers se fait d’un coup sec, c’est fluide pourvu de donner le petit coup en sortie de jibe, tout passe en un claquement, c’est parfait. Une voile reposante avec laquelle on se sent en confiance. »

-       Manu (75 kg) : « Voile essayée sur l'exo S3. Surtoilé en 7.1 (j'étais bien en 5.7 à ce moment avec ma voile), j'ai trouvé que çà tirait fort, un peu trop. Effet tracteur et un passage de cambers pas super j'ai trouvé. Bon ok, je ne suis déjà à la base pas super fan des cambers, mais là j'ai trouvé qu'ils pouvaient rester assez longtemps tout de même dans une position intermédiaire un peu gênante si on n'arrive pas tout de suite à faire prendre le vent dans la voile. Bref, pas trop aimé cette voile. » 

-       Florian (70 kg) : « Voile testée sur mon flotteur, une Falcon 95. La voile est belle et bien flashy, par contre sur l'eau je ne suis pas bluffé par rapport à mes propres voiles (Severne Reflex). Sensations de lourdeur dans les mains, elle donne l'impression de tracter sans pour autant avoir une grosse impression de vitesse. » 

-       Romaric (64 kg) : « d’abord merci à Notik, c’est un beau cadeau de pouvoir tester du matériel sur notre home sport. Condition : 18-22 nœuds, plan d'eau agité, planche iSonic 97

  • Prise en main : ?Voile bien finie, bonne construction, semble plus lourde en statique que ma Ram F12 7m, mais semble plus solide aussi.
  • Comportement : 1er bord vent irrégulier, petite rafale, un petit coup de pomping et hop la planche est au planning. Bordure bien calée contre le pont, la voile semble assez souple et encaisse les rafales tout est en accélérant. Elle semble toutefois un peu plus encombrante que la Ram F12. Le passage des cams au jibe est correct. La voile a un bon potentiel de vitesse quand le vent monte, tout en restant contrôlable (je rappelle que je fais 65kgs).
  • Conclusion : bonne construction, profil stable, confortable et performante. Bref je me suis bien amusé avec cette voile. Ça aurait été intéressant de voir la différence de vitesse avec la Ram F12.? »

 

Ka sail Koncept 7.5

-       Freddy (80 kg) : « voile légère, souple, qui tire beaucoup de l'avant malgré un profil pas très profond. Départ planning passif moyen pour une 7.5 (peut pas pomper avec mon épaule dan le sac). Une fois dans le vent la voile glisse bien le cap est bon grâce à sa finesse. Pas de main arrière, même dans les claques à 18Nds ça bronche pas. Par contre le profil se tortille trop et ne transmet pas toute l'énergie dans l'aileron. On a l'impression de naviguer avec une 6.5, les cams tournent tous seuls. Plus adaptée à un gabarit léger qui cherche avant tout la maniabilité le confort et le contrôle. Je pensais que la voile était trop tirée à l'écoute mais pas tant que ça, plutôt décevant. J'ai repris mon matos ensuite (RRD 105 et warp 7m), et j'ai regretté la douceur et la facilité de l'ensemble S3/Ka sail, mais au niveau perfs c'est mieux malgré 0.5m2 et 10l de moins. »

-       Laurent (80 kg) : « testée avec l’exo RS4 sur 5 bords, puis avec l’exo S3 sur une douzaine de bords. Au niveau puissance, la 7.5 Koncept me semble très proche de la Race 7.1. Elle n’est donc pas très puissante pour sa cylindrée. Le profil est très fin, la voile présente étonnamment peu de creux visuellement. La voile réagit bien au pomping, mieux par exemple qu’une RRD Firewing, mais moins qu’une Challenger Sails. On sent tout de suite la souplesse du gréement. Ca accélère très bien. Elle me fait un peu penser à une Loft Blade 2010 (qui étaient fines). Au cap, la voile monte toute seul, merci la finesse du profil ! On ne sent pas les rafales, pas un poil de main arrière, c’est très très confort. Je l’ai trouvée facile. Les cambers passent tout seuls, d’un bloc, avec un claquement. Le gréement est très léger dans les mains. J’aurais aimé voir en plage basse temps ce que ca donne ! »

 

XO Gold Line 7.8

-       Florian (70 kg) : « Voile testée sur mon flotteur, une Falcon 95. Bon le premier truc qui frappe c'est que sur l'eau c'est raide, similaire à mes severne Reflex mais plus raides quand même.?Ca avance fort sans grosse frayeur même sur toilé je suis conquis de suite ! Vraiment une très bonne impression de vitesse, la voile encaisse bien le clapot et semble bien réagir avec mon flotteur. Le moins c'est que c'est très physique et je suis du coup assez vite épuisé. »

 

Xo Sails Quad 6.6

-       Manu (75 kg) : « Essayée en fin de session. Pour comparaison, je navigue actuellement avec une Saber 6.7 (voile très légère et également sans cambers) qu'il va falloir que je remplace. Fin de session = le vent était pas mal tombé quand même. Du mal à partir au planning avec ma 95L sous les pieds. Une fois parti, c'est très stable. Pour autant, j'étais mal réglé, pas assez de creux dans la voile, pied de mat trop avancé et wish trop bas qui m'ont donné une sensation globale de lourdeur du gréement et l'impression que çà collait mon flotteur à l'eau. J'aurai du essayer en changeant un peu le réglage. La construction a l'air vraiment bien. Une voile faite pour durer avec un bon potentiel. »

-       Monique (50 kg) : « vent à 20 nœuds, sous le soleil,  je pensais être à la rue avec une 6.6. J’ai donc navigué en Saber 5.2 sur ma fanatic Bee 85l (il y avait trop pour ma 105l). Eric est parti avec la Quad et 105l. Il m’a dit qu’elle marchait très bien. Contrairement à ce que je craignais j’ai réussi à la tenir sans aucun problème, elle m’a semblée très facile et agréable en navigation et tourne toute seule au jibe. Par ailleurs elle est tressée donc bien solide dixit Laurent, et devrait pouvoir résister à une catapulte dans la voile qui m’arrive de temps en temps. Eric de planche mag m’a aussi dit que c’était une très bonne voile. La voile était gréée avec un wish alu XO 160-220. La préconisation sur la Quad est de 195 pour le wish mais il semble que ce soit mieux de mettre une peu plus. Mon wish est limité à 195. Je voulais remplacer ma saber depuis pas mal de temps, c’est fait ! »

 

4 octobre photo 5   

 

Exocet S3

 Exocet S3

-       Manu (75 kg) : « La bonne surprise de ces tests pour moi. Une planche super facile, qui passe vraiment bien le clapot sans sensation de lourdeur. La sensation de vitesse semble tout de même légèrement gommée par rapport à une planche plus typée slalom (çà se sent surtout au niveau de l'accélération), mais une fois calé, c'est vraiment très agréable sous les pieds. On ne sent quasiment plus le clapot. Elle a semble-t-il été développée pour des longues distances, et ben çà me parait tout à fait adapté, ou alors pour naviguer dans du clapot pas top sans se faire trop peur. Vraiment une bonne sensation avec cette planche. »

-       Freddy (80 kg) : « testée avec Ka Sails 7,5 Koncept. Départ planning passif bon, confort très bien, la planche est légère sous le pieds et avale le gros clapot sans problème (50 à 80cms dans la passe), bon contrôle malgré les straps trop serrés. Le flotteur ne cabre pas. Les appuis sont bien équilibrés sur les deux pieds, le jibe est facile à déclencher et à conduire, on peu moduler la courbe. La relance est pas mal, si on conserve un peu de vitesse ça repart bien. Le cap est facile à trouver. Au travers les accélérations ne sont pas très franches, par contre la planche n'est pas la seule en cause car c'est plus du coté de l'aileron et de la voile que ça coince. Le shape est bon il n'y a pas de doute. On perd un peu en perfs par rapport à une slalom, mais on bénéficie de plus de confort, et la S3 se contrôlera plus facilement si ça se complique. L'aileron fait le job mais est trop inerte sous la planche, et on ne peut pas le solliciter pour donner un coup de lift. »

-       Laurent (80 k) : « coup de cœur de ce test. Testée d’abord avec la Ka Sails Race 7,1 (7 – 8 bords A/R) puis avec la Ka Sails Koncept 7,5 (une douzaine de bords A/R). Excellente planche, qui met immédiatement en confiance. Je trouve tout suite les straps et je pars en confiance vers le clapot bien raide de la passe (80cm), avec 20 à 23 nœuds bien établis. Le départ au planning est rapide, et ne nécessite pas une grosse abatée ou du pumping. Le confort est bluffant, immédiat, on se croirait sur une planche de Freeride, voire une freewave avec l’envie de sauter sur les rampes qui se présentent ! Le flotteur absorbe le chantier sans aucune difficultés, beaucoup plus facile que les flotteurs de slalom que j’ai possédés (isonic, x-fire, falcon), et qui ont tendance à voler et deviennent physiques à contrôler dans les tours et le clapot. Les performances semblent pourtant bien proches d’une planche de slalom (à confirmer en match tests/GPS), la facilité en plus. La planche est aérienne juste ce qu’il faut, c’est le bon compromis. L’aileron G10 de 40 cm fourni par exo est trop souple, je subis 1 ou 2 départs de spins out aisément récupérables. Sur la seconde session (une douzaine de bords), je parviens mieux à solliciter l’aileron pour faire voler la planche et la rendre encore plus aérienne. L’aileron G10 de 40 cm, a certes le mérite d’être fourni de base avec la planche, mais il n’est pas à la hauteur du flotteur. Sur un bord abattu je moustache une fois ou deux : un affinage des réglages wish/pdm et aileron régleront ce point c’est sur. Le cap est très facile et naturel, avec un appui parfait pied arrière/pied avant. J’aime beaucoup la finesse du flotteur sur l’arrière, les sensations de glisse dégagées, on n’est pas sur un arrière trop puissant, c’est vraiment agréable. Le jibe est étonnant, au top, facile, rapide, on peut varier la courbe comme on veut, on se prend à fléchir sur les jambes et à appuyer comme sur un flotteur de freeride (et là on peut dire merci à l’aileron , et on repart vite. Les accélérations sont plus cool et linéaires qu’avec mon iSonic 107, ça serait intéressant de mesurer les vitesses de pointes. En synthèse : du confort et de l’harmonie. On a l’impression qu’on pourrait naviguer 5H dans du défoncé sans se fatiguer, franchement une belle réussite pour la longue distance ! »

-       Jean –Pierre (85 kg) : « Flotteur confortable, mais pas autant que la RS4. On est bien calé et on trouve ses marques tout de suite. Jibe super facile on se croit sur une freeride et de plus ça ratrape bien les erreurs. Pour celui qui cherche une slalom avec la facilité d'une freeride c'est le bon choix ! »

-       Florian (70 kg) : « testée avec la ka race 7.1. Bonne sensation, elle a l'air sage dans le clapot elle passe bien. Très bon feeling. Peut être à essayer dans un volume inférieur à  100 litres pour mon gabarit sur de grands bords dans la mer formée en comparaison des planches de slalom assez ardentes. » 

-       Romaric : « condition : 20-24 nœuds, plan d'eau bien agité, aileron d'origine, voile Loft Oxygen 5.8. 

  • Prise en main : planche bien finie, déco sympa, bonne accroche de l'antidérapant, straps confortables.
  • Comportement : bon départ au planning (un peu moins vive que l'iSonic 97), straps faciles à trouver, bien calé au taquet. La planche est agréable, le volume ne se fait pas sentir, elle semble faire moins. Planche confortable (merci les amortisseurs), bonne position, moins exigeante physiquement que l'iSonic 97 (semble aussi moins rapide ?). Jibe agréable.
  • Conclusion : bonne planche de FreeRace, tolérante, performante et confortable, faite pour tirer de longs bords sans se fatiguer. Une bonne découverte.  Merci NOTIK ! »

 

Exocet Cross 104 Silver (ça n’est pas la carbone = modèle un peu plus lourd)

-       Manu (75 kg) : « Essayée après la S3… eh bien du coup, elle m'a paru un peu fade. Gomme vraiment trop la sensation de vitesse je trouve (après ce n'est qu'une sensation, il faudrait voir au GPS, les sensations sont parfois trompeuses). Ca passe aussi très bien le clapot, ça semble même un peu joueur (on se prendrait à la faire décoller un peu) mais on sent que c'est un peu pataud. Il faudrait pouvoir essayer dans des conditions de vagues et vents mous à St Michel par exemple, la board me semble assez adaptée à çà. »

-       Emmanuel  (70kg, 1m75, harnais ceinture de vague) : « voile utilisée: NP Alpha 5.4m2 de 2009 avec mat 4m North Black Label FT RDM. C'est la voile que j'ai utilisée tout l'après-midi, avec mes autres planches (en début d'aprèm: Fanatic TriWave 2013 79 litres + aileron Select B&J 27cm, puis en fin d'aprem: Starboard Isonic 2009 101 litres + Deboichet SL2 34cm). J'ai plané avec tout l'aprem à l'extérieur de la baie. J'avais des fois un peu de mal à planer à l'intérieur.

Essai de la Cross entre l'utilisation de mes 2 planches perso. Le vent a déjà un peu moli à l'intérieur. Je pense autour de 16/18nds irrégulier. Sous-toilé donc. Essai de 15/20min env. Au porté, la planche me parait légère, pourtant sur l'eau c'est le contraire, je la sens lourde, basse sur l'eau et pas très réactive. Accélération moyenne, mais cela donne le temps de bien se caler dans les straps. Au niveau départ au planning, je ne la trouve pas géniale donc. Mais une fois au planning, la sensation de confort se remarque immédiatement. On a l'impression de fendre l'eau en étant légèrement cabré, plutôt que de sauter de vagues en vagues flotteur à plat. Je ne pense pas que ce soit un réglage pdm, mais plutôt le comportement souple recherché. Après 2 bords je recule un peu le pdm et monte le wish, pour plus de vitesse. Cela s'améliore effectivement, mais sans être transcendant. Encore, 2/3 bords, mais par la suite, trop peu de vent pour continuer à l'essayer. Au pomping, il est difficile de l'extraire de l'eau. Pas pu essayer de caper avec le vent faible et les bords trop petits. Ce qui est intéressant est la comparaison lorsque je reprend l'Isonic de 101L : accélérations bien plus franches, meilleur départ au planning. Au besoin, le pomping est bcp plus efficace. Avec la même voile pourtant, je n'avais plus l'impression de manquer de vent... La planche est plus haute sur l'eau et navigue plus à plat. Vitesse bien plus élevée et cap facile. »

-       Romaric (64 kg) : « Condition : 20-24 nœuds, plan d'eau bien agité, aileron d'origine, voile Loft Oxygen 5.8.

Prise en main : planche bien finie, déco sympa, bonne accroche de l'antidérapant, straps confortables,  mais un peu lourde (version Silver avec aileron G10)

  • Comportement : Premier bord facile, départ au planning en douceur, confort des amortisseurs sous les pads très appréciable dans le chantier. La planche est agréable, saine tout en restant joyeuse, elle ne demande qu'à sauter. Le jibe est agréable avec un bon contrôle dans la courbe.
  • Conclusion : une bonne planche de Bump&Jump pour gabarit lourd et light wind. J'aurais aimé tester la version 94 Carbone qui doit être plus vive, légère et moins encombrante (plus adaptée à mon gabarit de 64kgs). »

 

Exocet RS4

-       Pierre (85 kg) :

« Les + :

  • Plage d'utilisation (planning précoce / contrôle excellent)
  • Accessibilité : on est très vite à l'aise.
  • Confort : la planche passe bien au-dessus du clapot
  • Facilité pour faire lifter/giter le flotteur et stabilité de cette assiette (avec aileron 40cm Select, je crois).

Les - :

  • Flotteur très linéaire, sensations un peu gommées.
  • Antidérapant moyen. »

-       Laurent (80 kg) : « quand Patrice de Notik me propose de prendre la RS4 avec la Ka Sails 7,5m2, j’hésite un peu = Freddy vient en effet de revenir en disant que le vent est trop fort pour sa Warp 7,1 et sa X-Fire 102 (sans compter le clapot de 80 cm en sortie de baie). Je pars à l’eau en me disant que ca va taper.  Surprise : là où je souffre à coup sur avec mon combo Starboard isonic 107 et Challenger Sails 7,1 plus technique et raide, la Ka Sail absorbe les claques avec beaucoup de souplesse, et un creux qui ne bouge pas. La RS4 mange le clapot comme s’il n’existait pas : un shape très doux et des amortisseurs qui font le boulot. Les straps se trouvent immédiatement, ils sont parfaitement placés. On sent un shape plus « Race » que la S3 avec un pied arrière plus présent et un arrière plus haut sur l’eau un peu comme sur une isonic (mais moins que sur une X-Fire). La planche semble moins aérienne que la S3, mais d’expérience ce genre de feeling se règle ensuite un peu comme on veut (wish, pdm, aileron). La planche dégage un confort équivalent à la S3, même si on ne retrouve pas le côté « Fun » de l’Exo S3. Le cap semble comparable à la S3. Au retour, j’abats nettement : le confort est moins bon qu’avec l’Exo S3, on sent que la planche monte plus sur l’arrière et qu’elle est potentiellement plus exigeante, la jambe arrière est plus sollicitée que sur la S3. Dans ces conditions, la S3 est plus fun, plus libérée, plus facile à conduire, même si la RS4 est bluffante de contrôle et de confort dans ces conditions dures. »

Note: 9.00 (3 votes) - Noter cet article -


Autres articles
25/09/2016 22:25:28 - Superbes images de Surf ...WAaaaaaaa
19/01/2015 09:20:00 - Challenger Sails Aero+ 2015 test (français)
18/01/2015 19:00:00 - Challenger Sails Aero+ 2015 test (english)
12/10/2014 19:30:00 - Tests NOTIK et Secrets de Windsurf avec ERIC DOUX
14/09/2014 19:00:00 - Voile Challenger Sails Aero+ 2015
02/09/2014 17:44:58 - RRD SAILS FIREWING MKII 8,6M2 (2014)
18/07/2014 20:13:14 - Camille Juban surfe Teahupoo en windsurf
02/06/2014 18:20:00 - Prothèse de hanche et windsurf
04/01/2014 18:20:00 - Le JP THON
30/12/2013 11:40:00 - Parametrage GT31

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Menu Principal